Notre recherche

Le champ de recherche du laboratoire Plasticité du Cerveau est l’étude des mécanismes moléculaires, cellulaires, anatomiques et comportementaux de la neuroplasticité. Cette thématique est abordée par une approche multidisciplinaire intégrée, alliant la génétique, la biologie moléculaire et cellulaire, l’étude des réseaux neuronaux, l’imagerie cérébrale, les études physiologiques et comportementales.

Ce laboratoire réunit des chercheurs intéressés à comprendre le fonctionnement du cerveau à des échelles différentes, afin de développer des collaborations et des synergies. Des modèles biologiques complémentaires y sont étudiés, à savoir le cerveau de la drosophile (équipes de Thomas Preat et de Serge Birman), le cerveau des mammifères (équipes de Karim Benchenane, de Sophie Pezet et de Gisella Vetere), et le cerveau humain (équipe de François Vialatte).

La situation unique du laboratoire Plasticité du Cerveau, au sein de l’ESPCI Paris, permet de développer des passerelles inhabituelles et fructueuses entre la neurobiologie et la physique.

A la lumière et en continuité de ces travaux fondamentaux, les études abordées comprennent, de façon concrète ou potentielle, des applications à la pathologie cérébrale humaine, incluant certaines conditions neurologiques ou psychiatriques telles que les effets des cannabinoïdes sur la mémoire ou les maladies psychiatriques majeures (dépression, schizophrénie) (équipe de Karim Benchenane), la compréhension des mécanismes neuronaux impliqués dans la physiologie du sommeil (équipe de Karim Benchenane), les douleurs neuropathiques (équipe de Sophie Pezet) ou l’étude, les codes neuronaux et la plasticité cérébrale sous-jacente aux processus de la mémoire (équipe de Gisella Vetere), sur des modèles génétiques chez la drosophile, des mécanismes moléculaires mis en jeu dans la maladie de Parkinson (équipe de Serge Birman), et la maladie d’Alzheimer (équipes de Thomas Preat et de François Vialatte). Le caractère appliqué de ces travaux, en particulier en physique et en neuropathologie, laisse présager qu’ils pourront déboucher sur des valorisations au niveau industriel.

Haut de page



À lire aussi...

Upregulated energy metabolism in the Drosophila mushroom body is the trigger for long-term memory

Plaçais, P.-Y., de Tredern, E., Scheunemann, L., Trannoy, S., Goguel, V., Han, K.-A., Isabel, G., and Preat, T.* Nature Communications (2017) (...) 

> Lire la suite...

Drosophila Clock is required in brain pacemaker neurons to prevent premature locomotor aging independently of its circadian function

Vaccaro A., Issa A.-R., Seugnet L., Birman S.* & Klarsfeld A.* PLOS Genetics (2017). 13(1):e1006507. Abstract Circadian clocks control many (...) 

> Lire la suite...

 


Informations Pratiques

Directeur d’unité
Thomas Preat
thomas.preat (arobase) espci.fr

Gestionnaire
Tu-Khanh Nguyen
tu-khanh.nguyen (arobase) espci.fr

Tél : +33 (0) 1 40 79 43 02

Nous contacter